Maladie vs Hydrogène moléculaire appelée également eau antioxydante (anti-oxydant sélectif)

Les effets importants et thérapeutiques de l'hydrogène moléculaire (H2 gazeux) apparaissent à l'avant-garde de la recherche scientifique. Les humains luttent contre les maladies cardio-vasculaires, la maladie de Parkinson, la maladie d'Alzheimer, la démence, le diabète, l'ostéoporose, l'inflammation chronique, l'hypertension, l'hyperlipidémie et beaucoup d'autres maladies.

La recherche d'une méthode simple pour éviter tous ces maux, et enfin d'arrêter le processus de vieillissement et même inverser la jeunesse, n’est pas un concept nouveau. Cette idée semble être répandue dans toute l'histoire de l'humanité, y compris les écrits d'Hérodote au sujet de la fontaine de jouvence.(1)

En 2010 un article publié (2) dans Free Radical Research, a déclaré : " Il est pas exagéré de dire que l'impact de l'hydrogène sur la médecine thérapeutique et préventive pourrait être énorme dans l'avenir ".

Histoire de l'hydrogène thérapeutique


Les propriétés médicinales de l'hydrogène moléculaire semblent être promues dès 1798(3). Après 1975, les départements de biologie et de chimie de la prestigieuse université Baylor et du Texas A & M a publié un grand article sur l'utilisation potentielle de l'hydrogène moléculaire en médecine dans le premier peer-reviewed journal Science(4).

Cependant, il a fallu attendre 2007, quand un article a été publié dans Nature Medicine(5), qui a montré les propriétés antioxydantes sélectives et anti-apoptotique (anti mort-cellulaire programmée). C'est à ce moment là que le domaine biomédical a pris un vif intérêt pour le potentiel thérapeutique de l'hydrogène.

Avant 2007, seuls 50 articles ont été publiés au sujet de l'hydrogène comme un gaz médical, par rapport à plus de 600 articles dans les sept dernières années. Peut-être la principale raison pour laquelle récemment la molécule d’hydrogène est reconnue comme étant une molécule thérapeutique.

Mais pour beaucoup de scientifiques, il est difficile de croire l'hydrogène moléculaire diatomique pourrait avoir des effets thérapeutiques car il est généralement considéré comme un gaz inerte(6,7).


Comment cela fonctionne ?  

1 - L'hydrogène moléculaire est le plus petit élément et la plus légère molécule. Il y a trois propriétés principales qui expliquent les effets thérapeutiques de l’hydrogène(1). L'hydrogène moléculaire peut facilement se diffuser dans les compartiments sous-cellulaires et piéger les radicaux cytotoxiques d’oxygène(5), en protégeant ainsi l'ADN, l'ARN et les protéines du stress oxydatif (8).


2 - L'hydrogène moléculaire provoque également l'activation ou la sur-expression d'enzymes antioxydantes supplémentaires (par exemple le glutathion, la superoxyde dismutase, la catalase, etc.) et / ou des protéines cyto-protectrices du corps(9.3).

3 - L'hydrogène moléculaire peut être une molécule de signalisation qui peut altérer la signal cellulaire, le métabolisme cellulaire(11,10) et l'expression des gènes(12). Cela donne des effets anti-inflammatoires, anti-allergiques et anti-apoptotique (ou anti mort-cellulaire programmée)(13).

Les eaux curatives contiennent de l'hydrogène moléculaire ou molécule d'hydrogène

Il a également été mise en évidence et documenté, que la «guérison» ou que dans les eaux «curatif» de Nordenau, Allemagne ; Tlacote, Mexique ; et Hita Tenryosui, les eaux du Japon, contiennent de l'hydrogène gazeux(14-16). L'existence de l'hydrogène moléculaire dans ces ressorts pourraient être le résultat de l'eau réagissant avec des métaux alcalino-terreux, ou à partir de bactéries algae produisant de l'hydrogène moléculaire gazeux(17).

Certaines bactéries dans notre intestin produisent de l'hydrogène gazeux à partir de fibres non digestibles(18) ce qui est peut-être une autre raison pour laquelle un régime riche en fibres réduit l'inflammation(19) les maladies cardiovasculaires(20) et apporte d’autres bénéfice pour la santé(21).

L'HYDROGENE : AU COMMENCEMENT

hydrogène dans l'univers 

L'hydrogène a une histoire fascinante. Il est le père de tous les éléments de l'univers(22), et avec l'oxygène, il a été intrinsèquement impliqué dans l'évolution de la vie dans les deux procaryotes et les eucaryotes (par exemple hydrogénasses, hydrogosomes, les mitochondries, etc.). Ce sont les extrêmes de l'oxygène et de l'hydrogène qui fournissent l'équilibre entre l'oxydation et de réduction, ce qui est essentiel à la vie. Sans surprise, cette relation intime de l'oxygène et de l'hydrogène est restée avec les organismes supérieurs, y compris les plantes(23), les animaux et les humains. Cependant, jusqu'à récemment, la recherche a seulement mis l'accent sur l'importance de la toxicité de l'oxygène rejetant le rôle de l'hydrogène, qui nie la toxicité de oxygène(24), focalisant sur un seul côté de cette relation de type Yin et Yang.

Selon Tyler Le Baron chercheur et fondateur de MHF, “Il est nécessaire d’avoir plus de données in vitro sur la découverte des mécanismes moléculaires réels et les cibles primaires de l'hydrogène gazeux pour démontrer pleinement et comprendre le potentiel thérapeutique de l'hydrogène moléculaire. 

Sources :

1. HOPKINS, E. W. (1905). The fountain of youth. Journal of the American Oriental Society 26, 1-67.

2. HUANG, C. S., KAWAMURA, T., TOYODA, Y. & NAKAO, A. (2010). Recent advances in hydrogen research as a therapeutic medical gas. Free Radical Research 44, 971-982.

3. CAVALLO, T. (1798). An essay on the medicinal properties of factitious airs: with an appendix on the nature of blood. Printed for the author, and sold by C. Dilly [and 2 others].

4. OHSAWA, I., ISHIKAWA, M., TAKAHASHI, K., WATANABE, M., NISHIMAKI, K., YAMAGATA, K., KATSURA, K., KATAYAMA, Y., ASOH, S. & OHTA, S. (2007). Hydrogen acts as a therapeutic antioxidant by selectively reducing cytotoxic oxygen radicals. Nat Med 13, 688-694.

5. DOLE, M., WILSON, F. R. & FIFE, W. P. (1975). Hyperbaric hydrogen therapy: a possible treatment for cancer. Science 190, 152-4.

6. Farrell, Jeffrey M., Jillian A. Hatnean, and Douglas W. Stephan. "Activation of Hydrogen and Hydrogenation Catalysis by a Borenium Cation." Journal of the American Chemical Society 134.38 (2012): 15728-15731.

7. SHULIN LIU, X. S. A. H. T. (2012). Hydrogen from a biologically inert gas to a unique antioxidant. Second Military Medical University,www.intechopen.

8. LEE, M. Y., KIM, Y. K., RYOO, K. K., LEE, Y. B. & PARK, E. J. (2006). Electrolyzed-reduced water protects against oxidative damage to DNA, RNA, and protein. Appl Biochem Biotechnol 135, 133-44.

9. SUN, H. Chen, L. Zhou, W. Hu, L. Li, L. Tu, Q. Chang, Y. Liu, Q. Sun, X. Wu, M. Wang, H. (2011). The protective role of hydrogen-rich saline in experimental liver injury in mice. Journal of Hepatology 54, (3) 471-80

10. ITOH, T., FUJITA, Y., ITO, M., MASUDA, A., OHNO, K., ICHIHARA, M., KOJIMA, T., NOZAWA, Y. & ITO, M. (2009). Molecular hydrogen suppresses FcepsilonRI-mediated signal transduction and prevents degranulation of mast cells. Biochem Biophys Res Commun 389, 651-6.

11. KAMIMURA, N., NISHIMAKI, K., OHSAWA, I. & OHTA, S. (2011). Molecular Hydrogen Improves Obesity and Diabetes by Inducing Hepatic FGF21 and Stimulating Energy Metabolism in db/db Mice. Obesity.

12. NAKAI, Y., SATO, B., USHIAMA, S., OKADA, S., ABE, K. & ARAI, S. (2011). Hepatic oxidoreduction-related genes are upregulated by administration of hydrogen-saturated drinking water. Bioscience, Biotechnology, and Biochemistry 75, 774-6.

13. DIXON, B. J., TANG, J. & ZHANG, J. H. (2013). The evolution of molecular hydrogen: a noteworthy potential therapy with clinical significance. Med Gas Res 3, 10.

14. ZHANG, J. Y., LIU, C., ZHOU, L., QU, K., WANG, R. T., TAI, M. H., LEI, J. C. W. L., WU, Q. F. & WANG, Z. X. (2012). A Review of Hydrogen as a New Medical Therapy. Hepato-Gastroenterology 59, 1026-1032.

15. SHIRAHATA, S. A. N. E. T. A. K. A. (2002). Reduced water for prevention of diseases. Animal Cell Technology: Basic and Applied Aspects 12, 25-30.

16. SHIRAHATA, S., HAMASAKI, T. & TERUYA, K. (2012). Advanced research on the health benefit of reduced water. Trends in Food Science & Technology 23, 124-131.

17. CONRAD, R., ARAGNO, M. & SEILER, W. (1983). Production and consumption of hydrogen in a eutrophic lake. Applied and Environmental Microbiology 45, 502-10.

18. STROCCHI, A. & LEVITT, M. D. (1992). Maintaining intestinal H2 balance: credit the colonic bacteria. Gastroenterology 102, 1424-6.

19. CHEN, X., ZHAI, X., SHI, J., LIU, W. W., TAO, H., SUN, X. & KANG, Z. (2013). Lactulose Mediates Suppression of Dextran Sodium Sulfate-Induced Colon Inflammation by Increasing Hydrogen Production. Dig Dis Sci.

20. SUZUKI, Y., SANO, M., HAYASHIDA, K., OHSAWA, I., OHTA, S. & FUKUDA, K. (2009). Are the effects of alpha-glucosidase inhibitors on cardiovascular events related to elevated levels of hydrogen gas in the gastrointestinal tract? FEBS Letters 583, 2157-9.

21. CHEN, X., ZUO, Q., HAI, Y. & SUN, X. J. (2011). Lactulose: an indirect antioxidant ameliorating inflammatory bowel disease by increasing hydrogen production. Medical Hypotheses 76, 325-7.

22. BLACK, J. H. (2006). Chemistry and cosmology. Faraday Discussions 133, 27-32; discussion 83-102, 449-52.

23. JIN, Q., ZHU, K., CUI, W., XIE, Y., HAN, B. & SHEN, W. (2013). Hydrogen gas acts as a novel bioactive molecule in enhancing plant tolerance to paraquat-induced oxidative stress via the modulation of heme oxygenase-1 signalling system. Plant Cell and Environment 36, 956-69.

24. HONG, Y., CHEN, S. & ZHANG, J. M. (2010). Hydrogen as a selective antioxidant: a review of clinical and experimental studies. Journal of International Medical Research 38, 1893-903.

Traduction du site http://www.molecularhydrogenfoundation.org/